Projets à impact

Ceci est un aperçu de la façon dont j’essaie de maximiser mon impact positif sur le monde. Je mettrai en lien un article détaillant comment je consacre du temps à toutes ces choses et parviens à trouver une motivation durable.

Choses que je fais actuellement

Développer des compétences en gestion des risques

Je travaille actuellement dans la gestion des risques opérationnels dans le secteur bancaire. Mon pari est que de l’expérience en gestion des risques (comment appréhender les événements rares mais impactants, comment mettre en place des dispositifs de contrôles robustes, comment raisonner face à l’incertitude) m’aide à acquérir de nombreuses compétences utiles que je pourrais appliquer à l’avenir, en particulier dans les organisations à la recherche d’impact.

Ceci est ma principale occupation et nécessite ~ 40 heures / semaine.

Construire une communauté altruiste efficace

C’est l’un des moyens me permettant d’avoir un impact beaucoup plus direct. Parce que je suis profondément préoccupé par les problèmes mondiaux les plus urgents, consacrer du temps à la gestion de l’ONG Altruisme Efficace France est crucial.

Mes façons de contribuer sont les suivantes: 1) être membre du conseil d’administration de l’organisation 2) diriger les efforts de développement et de sensibilisation de la communauté 3) mener d’autres initiatives, telles que des réunions d’entrepreneuriat «basé sur l’impact», ou encore contribuer à la sensibilisation sur les pandémies.

Ceci est ma deuxième activité et nécessite ~ 15 heures / semaine.

L’écriture

J’aime écrire sur tout ce que j’ai en tête, mais mes écrits sont de plus en plus orientés vers l’amélioration de la vie des autres et de sa propre vie. Je le fais régulièrement (blog ou Quora) et j’ai recueilli des millions de vues sur cette dernière plateforme. J’utilise cette influence pour parler fréquemment des problèmes mondiaux et de rationalité, ce qui est encore chose rare dans les pays francophones.

Mon objectif est d’aider à développer les idées les plus pertinentes de l’altruisme efficace et de la rationalité en France, en collaboration avec les acteurs de ces milieux. Par exemple, au sujet du coronavirus, nous avons formé un mouvement pour alerter sur les aspects contre-intuitifs du phénomène et les précautions aussi bien sanitaires qu’épistémologiques qu’il nécessite, si l’on souhaite sauver des vies de manière significative.

J’aime également explorer des sujets liés à la santé mentale, tels que les thérapies cognitivo-comportementales ou la compassion envers soi.

Ceci est ma troisième activité et nécessite ~ 5 heures / semaine.

Création d’une ONG d’agriculture cellulaire

Compte tenu des risques associés à l’élevage industriel (antibiorésistance, zoonoses, émissions de GES, souffrance animale), j’ai co-fondé l’ONG Agriculture Cellulaire France pour identifier la façon dont des alternatives prometteuses pourraient réduire ces risques.

Ceci est ma quatrième activité et nécessite ~ 10 heures / semaine.

Choses que j’ai faites

Lancer une ONG de promotion des alternatives végétales

Après la promotion l’altruisme efficace, le deuxième problème mondial avec lequel mon profil colle plutôt bien est l’ élevage industriel .

À 21 ans, j’ai cofondé Assiettes Végétales , une ONG qui encourage l’introduction d’alternatives végétales dans la restauration collective. L’organisation a maintenant des employés, mais je ne joue plus un rôle très actif. J’assure une présence sur appel de mon ami à la tête de l’organisation, et je peux donner des conférences sur les campagnes institutionnelles de réduction de la viande, mais je n’ai plus d’activités quotidiennes au sein de l’organisation.

Choses que je vais probablement faire dans les 6 prochains mois

Continuer sur ma lancée, et en apprendre plus sur l’appréhension des risques extrêmes par les statistiques.

Intéressé davantage par ce que je fais ? Lisez gratuitement mon premier ouvrage en ligne.